Blog de Samwasch

Écrits divers

Trav-aie

Classé dans : Divers — 16 novembre, 2018 @ 12:55

Le travail, c’est la santé ! Ne pas en avoir, c’est la préserver !

Voici quelques anecdotes plus ou moins drôles qui me sont arrivées au travail (indépendant, salarié, privé, public, tout y passe !)

Oublié (ou pas)

Voilà un mois que j’avais commencé et j’étais en pleine formation. On me donnait du travail au fur et à mesure. Puis viennent les vacances de Noël où j’avais terminé mes « devoirs ». Je rentre donc le 2 janvier, et dans les bureaux, personne ! Enfin, aucune autre personne de ma petite équipe n’était là… Je pensais que (seule) ma patronne serait là, comme le disait le planning officiel. En fait, non. On a un planning de vacances officieux (heures supplémentaires, rattrapages…). J’ai donc été oublié ! J’appelle ma patronne sur son portable, elle m’a en effet oublié (j’apprendrai plus tard que non… !) et m’a donc libéré pour le reste de la semaine ! 3 jours de vacances offertes…

Contrat signé (ou pas)

Dans un de mes mandats, je travaillais dans une société sans contrat (écrit) ! Je l’attendais et il est finalement venu au bout de 2 mois. Je le signe, la directrice aussi. 2 mois plus tard, elle me convoque et me dit « ah ben finalement, on s’est trompé, on cherchait quelqu’un avec plus d’expérience »… ! Au final, j’ai travaillé sur une année (scolaire), gagnant 90% de ce qui était prévu, et surtout, travaillant 75% de ce qui était prévu ! Un gain, donc, au final. Mais pas sûr qu’il était prévu que je touche « autant »…

Mobbing associatif

Le mobbing peut toucher tout le monde, partout… mais aurais-je cru que mon premier mobbing (eh oui, il y en a eu un autre) allait m’attraper dans une association où je travaillait (majoritairement) en tant que bénévole ? Pour résumer, la présidente du club prenait seule (ou avec une équipe restreinte) les décisions importantes, ou revenait sur les décisions prises en comité. Et un jour, en séance, elle et 2 de ses sbires ont décidé de « décharger » un ami (aussi membre du comité) de son lundi soir en tant que moniteur, du jour au lendemain. Et moi-même également, qui faisait quelques heures le mercredi pour dépanner ! Et tout ça, sans nous en parler avant, et en nous affublant de faux reproches, avec l’aide complice du responsable des moniteurs. Fumant ! Le pire, c’est que je suis resté encore 2 ans dans ce comité, en partant ensuite avec fracas… j’en ai même fait un autre blog ! Bonne lecture… ou pas.

Mobbing bis

Mon autre (grand) mobbing a eu lieu pendant l’organisation et le déroulement d’un événement, par la responsable du service des sports d’une grande ville. La coordinatrice de l’événement me l’a signalé indirectement « on te fait du micro-management ». Pas facile, mais je m’en suis sorti. En fait, elle s’est surtout lâché le dernier jour de l’événement en m’assaillant d’ordres pendant le rangement.

Surcharge cognitive, et plus encore

Lors d’un événement sportif d’envergure, j’avais été nomme responsable des bénévoles (une cinquantaine, une seule adjointe sur place à temps partiel), responsable technique et responsable du site web. Si en amont, cela était gérable, sur place, ça s’est révélé compliqué voire impossible. Le pire a en fait été durant la préparation, une semaine avant. l’image qui me revient, c’est que j’allais d’un point A jusqu’à un point B pour régler une urgence et que je faisais plein de détours pour régler plein d’autres urgences, que je n’arrivais pas à aller régler car on m’appelait pour d’autres urgences. Malgré un style et un bloc, je n’avais parfois même plus le temps de noter les urgences ! Assez traumatisant… mais accompli et derrière. Plus jamais ça ! :-)

Stage pourri

Le seul stage que j’ai fait m’a appris une chose : ne plus faire de stage ! Je me suis retrouvé à passer l’aspirateur et à être payé quelques francs de l’heure (peut-être 8.-). Idem pour faire des prestations en soirée. Alors qu’un autre jeune, moins qualifié que moi et avec moins d’expérience, faisait les mêmes prestations, en étant payé 25.- de l’heure… problème !

Une collègue absolument pas cool

Et une cheffe qui l’était tout autant… Un jour, j’ai rencontré une fille dans un service et j’ai voulu (re-)rentrer en contact avec elle. Je me suis dit « ah et si je lui écrivais une lettre » ! Je fais la chose bien, je fais comme si c’était une lettre officiel avec le logo de la compagnie, et je marque sur la lettre « confidentiel » avec le tampon et tout puis la poste aux frais de la société (1 feuille + 1 enveloppe + 1 timbre). Aie, j’ai mal rempli l’adresse (quelle nouille) et la lettre revient… chez ma collègue qui l’ouvre et la transmet à sa cheffe qui est scandalisée et en parle à ma cheffe qui me convoque pour un entretien de service (avertissement écrit) ! J’avoue que j’étais assez assommé et j’ai dû « consulter »… je n’ai finalement eu qu’un avertissement oral… et la lettre a été ajoutée à mon dossier !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Miss Cooke world |
Hypogée |
World's Vel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Suzie Ziai
| Mini Entreprise DESPAC
| PHOENIX